Vous êtes ici

Partager

Du monastère au duché-pairie

Randan est cité pour la première fois dans l’Histoire des Francs écrite par Grégoire de Tours au VIème siècle. Le chroniqueur y relate l’existence d’un monastère, vers 570, connu pour la vertu de ses moines, auteurs de miracles.

Une famille portant le nom de Randan apparaît en 1204. Dès lors, la seigneurie se transmet à diverses familles au gré des alliances et des successions : les Randan, Château, Saligny, Polignac, La Rochefoucauld, Beaufremont, Foix, Lauzun, Durfort et Praslin se succèdent jusqu’au début du XIXème siècle.

En 1566, la terre de Randan est érigée en comté en faveur de Fulvie de la Mirandole, veuve de Charles de La Rochefoucauld, seigneur de Randan. Cette distinction est due à la reine Catherine de Médicis dont Fulvie de la Mirandole était dame d’honneur.

Un nouveau château est mis en chantier au cours du XVIe siècle, peut-être par les nouveaux comtes de Randan. Resté inachevé, il constituera la base de l’édifice actuel.

C’est également au bénéfice d’une femme que le comté de Randan est élevé au rang duché-pairie, en 1661. Marie-Catherine de La Rochefoucauld, marquise de Senecey, dame d’honneur de la reine Anne d’Autriche, gouvernante de Louis XIV, devient à l’âge de soixante-treize ans la première duchesse de Randan et paire de France. Elle avait déjà obtenu en 1649 que le comté de Randan ne relève plus du duché d’Auvergne mais de la Tour du Louvre, c’est-à-dire directement du roi.

A la Révolution, Randan appartient aux héritiers de Raynaud César Louis de Choiseul, duc de Praslin. C’est son petit-fils, Félix de Choiseul-Praslin qui vend à Adélaïde d’Orléans, en 1821, le château et une partie des forêts qui en dépendent. Désormais le destin du Domaine de Randan est lié à celui de la famille d’Orléans.

Charles de La Rochefoucauld, 1er comte de Randan.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Restez informés des actualités du Domaine royal de Randan en complétant le formulaire.